Les vacances sont finies, les enfants sont retournés chez leur nourrice, en attendant le grand événement pour Romain qui entre en maternelle (!!!!!!!!!!!!), moi je reprends doucement mes habitudes (mais doucement, ça fait mal la reprise quand même), le travail m'attend et, last but not least, je vais peut-être pouvoir enfin recommencer à m'occuper de ce cher petit blog...

Déjà, je freine votre excitation : point de photo de réalisation dans ce post. J'ai bien fait des choses, mais elles ne sont pas finies, ou alors pas réussies et à recommencer (par exemple la robe que je vous annonçais avec optimisme), ou alors secrètes ... bref, moisson assez pauvre pour cet été, mais je m'y attendais un peu, car pendant les vacances, les enfants sont tout le temps à la maison, ce qui occupe au moins autant que le travail. Mais si tout va bien, je devrais tout de même pouvoir finir deux trois bricoles bientôt !

En attendant que la femme raisonnable et créative revienne pour de bon, c'est la midinette qui sommeille en moi qui va poursuivre. Vous avez vu La dame de Montsoreau hier soir ?????? En fait j'ai le livre depuis des lustres à la maison, mais la taille du pavé et le fait qu'il soit tout moche (je l'avais acheté plus qu'usé chez Emmaüs) n'avaient pas réussi à me motiver. Alors quand j'ai vu qu'il y avait un film...

Passons aux choses sérieuses : les châteaux, super. J'ai adoré voir les mises en situation des châteaux, qui sont en général tout vides et assez froids, surtout Chambord (où sont tournées les scènes du Louvre...), où se tient la Cour, et puis avec les tables du repas dressées dans un de ces grands halls dont je me demandais à quoi ils pouvaient bien servir... Les costumes : superbes ! Ah, ces belles robes, ces capes, ces manteaux, ces broderies, ces traînes, cette splendeur des tissus... je sais que je suis futile mais alors quel plaisir des yeux !!!

Et puis bon, surtout, c'est si romantique... Le beau Bussy d'Amboise (d'Amboise !!! un ptit gars de chez moi !!), si brave et valeureux, si amoureux, prêt à tout pour sauver sa belle, tout ça... Et puis je ne sais pas vous, mais moi je trouve que ça lui va drôlement bien le petit collant avec la grosse veste en cuir de combat... Avec les yeux bleus et le torse bien bâti, haaa... soupir ému... la midinette que je suis a eu les yeux humides toute la soirée. Sans parler de la fin, où j'ai carrément pleuré, non mais quelle idée de nous faire mourir ce bel homme-là ?!!!! Alors que la crucruche Diane était bien vivante, non mais ? Oui, j'ai trouvé que la Diane était inexpressive au possible, toujours la même expression, bref, crucruche. Très belle, bien sûr, mais crucruche. Bussy était bien mieux. Alors bon, me le tuer, vraiment... Et puis accessoirement, il fait beaucoup pour le royaume de France, ce brave homme... Il sauve tout le monde, Diane, le roi, les protestants, les catholiques, non mais quel héros !

Tout enamourée et émue que j'étais, et toute retournée qu'on me l'ait assassiné, j'ai regardé ce matin qui était ce beau Bussy (non mais je me fais vraiment honte, quelle midinette à la noix). Il s'avère qu'en fait, le VRAI Bussy d'Amboise était plutôt un sale type, arrogant, toujours en train de se battre avec tout le monde, pas du tout du style à sauver le royaume de France vu qu'il était carrément ennemi du roi, enfin bref, du coup ça m'a un peu fait redescendre de mon petit nuage. Je suis donc plus sereine pour travailler, maintenant que je sais qu'il n'était en fait pas l'homme de mes rêves.

Mais ça n'empêche que je trouve qu'on peut écrire une très belle histoire sans pour autant faire mourir les gentils à la fin. Parce que dans le film, c'est LE gentil quand même. Moi, à la fin, j'attends qu'ils s'embrassent, se promettent l'amour éternel et même éventuellement se marient (belle robe de mariée svp), et que je sois heureuse pour eux même si une petite voix me dit que je préfèrerais que ce soit moi à la place de la crucruche, mais vu qu'ils sont tous morts depuis des siècles, c'est juste une petite voix.

Et vous, vous préférez les histoires qui finissent mal, les trucs tragiques où on pleure toutes les larmes de son corps devant tant d'injustice, ou bien les histoires qui finissent bien, juste après nous avoir fait croire que tout allait finir mal mais où tout s'arrange et où ils s'embrassent et se promettent l'amour éternel, dans un flot de guimauve réjouissant surtout à minuit quand on est resté depuis 20h35 devant son téléfilm ?