Samedi : exploit, Romain a dormi, je n'étais pas trop fatiguée et il faisait beau. La conjonction incroyable de tous ces facteurs était tellement exceptionnelle (plus rare qu'un alignement d'astres qui se produit une fois tous les deux mille ans) que j'avais peine à y croire mais les faits étaient là et j'ai pu jardiner. J'avais l'impression d'être entrée dans la quatrième dimension (tintintintin tintintintin...).

IMG_0062_blog_2
(les bouts de bois symbolisent les futurs rangs de tomates... oui je sais que ça fait un peu de peine mais ça m'aide à visualiser)

J'ai donc fini de retourner et d'ameublir bien comme il faut la place des radis et des carottes, j'ai planté deux pieds de céleri et un d'estragon qui attendaient depuis un mois et demi de dégourdir leurs racines dans la vaste terre nourricière (je les avais achetés à la Fête des plantes de la Bourdaisière le 22 mars). Mission accomplie du côté des plants, tout est en terre (sauf les fraisiers que j'ai rachetés il y a trois semaines mais on ne va pas chipoter).

La zone attribuée aux carottes et aux radis a nettement diminué par rapport à mon plan. Rappel : je devais semer 2 lignes de 2 ou 3 mètres de chaque. Dans le même coin, je devais aussi semer deux lignes de 2 mètres de salades. Pour situer sur la photo, ça devait être dans la zone du mini-carré mais en s'étendant sur les herbes aromatiques.
Problème : pour dégager ledit espace, je devais fort cavalièrement dégager la ciboulette (qui m'a attendrie avec ses belles fleurs), le persil, le thym et l'origan (qui sont magnifiques et énormes) et les replanter ailleurs, en prenant le risque qu'ils trépassent à cause de ce traitement fort peu respectueux.
Problème bis : ceci nécessitait beaucoup d'efforts, de fatigue et de manipulations, ainsi que du TEMPS.
Problème ter : le temps n'est pas ce dont je dispose le plus en ce moment et je suis vite fatiguée, raison à rechercher du côté de mon ventre très rond à ce stade de 6 mois de grossesse (déjà).
Problème n°4 : je m'étais sûrement trompée dans mes plans. Ce qui est encore moins malin que tout le reste.

Conclusion : le coin des carottes et des radis va être sacrément raccourci (tant pis, hein), voire même minable (toujours tant pis) et les salades vont devoir aller pousser ailleurs. Je pense que je vais les caser dans le carré des haricots verts en attendant de les planter. Comme en plus je vais étaler les semis de haricots verts pour en avoir régulièrement pendant l'été, certaines zones vont être libres plus longtemps. Les salades devront faire place mais ça devrait aller.

IMG_0061

Par ailleurs, pour une petite note entomologiste, je remarque que malgré mon obstination consciencieuse à ne pas remarquer les insectes qui vrombissent autour de moi (c'est-à-dire à ne pas lever la tête pour chercher où ils sont, partant du principe que les entendre est suffisant et que non non, ils ne m'en veulent pas personnellement), certains specimens semblent ne pas comprendre cette politesse et me vrombissent dessus avec une insistance un peu désagréable jusqu'à ce que je lève la tête et que je pousse un petit cri. D'ici à en conclure qu'ils VEULENT faire leur effet et qu'ils font exprès de me faire peur, il n'y a qu'un pas (que je refuse de franchir pour pouvoir continuer à jardiner sans devenir folle).
En tout cas, je fais des progrès incommensurables en supportage de bestioles, même si ce n'est que le début de la saison et que leur nombre est encore réduit.*

Bonnes résolutions pour l'année prochaine :
1) ne plus être enceinte
2) faire des relevés beaucoup plus précis des emplacements des choses déjà en place au potager
3) faire tout le gros travail et toute la préparation ainsi que les achats structurants (style dalles de sol...) AVANT la pleine saison des semis etc
4) potasser pendant l'hiver toute la théorie très à fond pour ne pas avoir à improviser au moment fatidique
5) me renseigner sur les moments propices au déplacement et bouturage des plantes
6) ne pas viser trop haut et me souvenir que j'aurai DEUX enfants
7) commencer les semis à temps

Je pense qu'avec tout ça, en réfléchissant correctement et surtout en étant bien précise (hum hum), je devrais m'en sortir à peu près. Maintenant, il s'agit de sauver les meubles, j'ai un carton de graines qui attendent d'être semées. Je crois avoir été un peu enthousiaste et y être allée un peu fort.

IMG_0063
(on voit le filet à petits pois et les planches de fortune installées en attendant de trouver de belles dalles - les espaces encore en friche accueilleront bientôt les courgettes, les courges, les haricots verts, les melons... tout ce qui n'aime pas le froid)

Nous relevons aussi l'inconvénient de vouloir mettre trop de choses dans un endroit trop petit et mal adapté. L'année dernière, il avait fallu retourner toute la zone qui était en pelouse et sortir des brouettes de cailloux. Nous avions agi dans la précipitation, ce qui explique certaines erreurs. Cette année, nous payons le prix de ces erreurs alors même que nous sommes beaucoup plus perfectionnistes et que nous avons beaucoup plus d'ambitions pour notre petit potager (j'aime bien parler de moi à la 1ère personne du pluriel, ça donne un petit côté noble et ça minimise ma part de responsabilité dans l'affaire), et surtout que nous sommes irréfutablement enceinte (ça, je ne peux pas partager).

De plus, un potager dans un jardin de lotissement, ça ne sera jamais un potager dans une belle maison de famille, ou dans un château (style Valmer où nous sommes allés ce matin justement). Il y a l'étroitesse, la terre récemment remuée, la configuration non adaptée, le vis-à-vis (que j'aime voir les toits ou les voitures des voisins sur toutes mes photos...). Enfin, malgré tout, c'est quand même très chouette d'avoir un jardin et de faire un potager. Pour voir ses petits pois pousser, par exemple.

IMG_0064

* Dans le registre de la mauvaise volonté évidente, je ne peux pas ne pas citer cette fichue guêpe qui ce matin, à Valmer, a décidé de pondre dans MON coffre de voiture. On était dehors, en train d'attendre qu'elle veuille bien déguerpir pour qu'on puisse entrer dans la voiture et rentrer chez nous quand elle s'est installée et a commencé à faire des trucs bizarres avec son abdomen. Au bout d'un moment, j'ai cessé de me dire qu'elle était complètement abrutie et cherchait à bouffer quelque chose sur la carrosserie et j'ai avancé d'un demi-pas, pour constater qu'elle était au-delà de l'abrutissement le plus total et qu'elle était bel et bien en train de CONSTRUIRE DES ALVEOLES pour se faire un nid et pondre !!!!!! Dans MA voiture !!!! En quelques secondes !!! Non mais après je veux bien faire des efforts mais les insectes, EUX, n'y mettent pas du leur. Pourquoi MA voiture et pas celle d'à côté ? Hein franchement ? Si c'est pas de la provocation...