Ce midi, j'étais tranquillement en train de me préparer un chou romanesco, à m'ébahir encore une fois devant la splendeur de ce légume tout bonnement magnifique, quand en enlevant une feuille, beuaaaaaaaaaaaaaark, je suis tombée sur une limace !!!! C'était tout dégoûtant pour le coup et le chou romanesco et ses beautés splendides en ont pris un coup sur la reluisance. J'ai découpé la feuille en question en essayant de ne pas faire toucher mon couteau et j'ai porté avec moult grimaces de dégoût l'objet du délit dans la grande poubelle dehors (pouah ! pas dans la poubelle de la cuisine !).

Un peu dégrisée après cette mésaventure, j'ai continué ma découpe de chou romanesco, en m'ébahissant toujours devant sa beauté et en me demandant comment cette limace avait réussi à survivre à tout le dispositif impressionnant de pesticides, fongicides, limacicides (je suis sûre que ça existe). C'est un peu une warrior à sa façon cette limace. Accrochée à sa feuille par les dents, elle a rampé dans des champs de boue, remonté des échelles de chou sans les mains, lutté dans des climats inamicaux, bref, elle a tout supporté pour pouvoir continuer à boulotter mon chou romanesco. J'ai presque eu une pensée émue pour elle, mais presque seulement. Je me suis demandé quelle tête elle faisait dans sa poubelle et si elle faisait moins la maligne maintenant, hin hin hin.

J'ai continué mon découpage jusqu'à ce que je tombe sur... une DEUXIEME limace !!!!!!!!!! Siiiiii je vous jure !! J'ai poussé un "BAAAAAAH" de surprise et d'effroi. Là il ne s'agissait plus d'une limace coriace qui était tellement gloutonne qu'elle ne comprenait même pas qu'elle allait à sa perte en s'accrochant comme une débile et que des fois il faut savoir lâcher pour se raccrocher ailleurs. Là, il s'agissait d'une invasion et ça n'allait pas se passer comme ça. J'ai hurlé "c'est MON chou romanesco non mais ho !!!" et j'ai saisi mon couteau d'attaque en faisant un petit bond en arrière (j'avais peur qu'elle me saute dessus la bestiole, même si les cas de limace sautant à la tête des humains sont très rares - mais méfiance, si ça se trouve ils sont rares parce que les humains en question n'étaient plus là pour les rapporter...) et je lui ai fait subir le même sort que sa congénère. Paf, les deux dans la poubelle dehors, je suis sûre qu'elles se sentaient bigrement stupides. Ou alors elles se sont battues pour la possession des feuilles avec lesquelles je les ai jetées.

Tout ça pour dire que déjà, une limace, c'était pas très cool, mais alors DEUX, j'ai trouvé que c'était VRAIMENT pas cool du tout parce que j'avais rien fait, moi, d'abord. Je voulais juste manger du chou romanesco en m'extasiant devant sa beauté. Et puis après ça, j'avais l'appétit romanesque légèrement diminué. Pas vous ?