C_leri_rave_1

Aujourd'hui, je voudrais vous parler du céleri-rave. J'entends d'ici les huées, "ouh, le céleri-rave c'est pas bon et ça pue, ça craint carrément trop de la racine".
Bon, déjà le céleri-rave, c'est pas une racine, c'est une tige très gonflée*, figurez-vous. Et le truc vert qui dépasse de la tige, c'est aussi de la tige, mais pas très gonflée, juste normale, comme une tige, en somme. Et après, ça pue pas, ça embaume juste un peu fort son parfum délicieux.

Bref, le céleri-rave, en fait ça ne craint pas du tout de la tige très gonflée, je l'ai découvert récemment et depuis je suis carrément accroc. Je n'ai pas encore consulté d'addictologue mais ça ne devrait pas tarder, surtout que je ne suis pas hyper soutenue par mon mari pour qui le céleri-rave craint toujours à fond, racine ou pas racine.

Pour commencer par quelques vertus irréfutables, le céleri-rave n'est vraiment pas cher du tout, il est présent tout l'hiver (depuis septembre-octobre jusqu'à avril environ), ce qui est déjà un vrai signe de bonne volonté vu qu'en hiver à part les carottes, les poireaux et les pommes de terre, c'est un peu la famine.
En plus de ces honorables vertus ménagères, il est très pauvre en calories (18 kcal/100 g), il apporte plein de fibres, de vitamines A, B et C, du brome, du calcium, du cuivre, du fer, de l'iode, du magnésium, du manganèse, du phosphore, du potassium, du sodium et des huiles essentielles (rien que ça). Cuit, la vitamine C est irrémédiablement mourrute mais c'est plus digeste et ça prend un petit goût limite sucré de noisette (mais limite). Tout est dit, vous voilà conquis.

Il faut reconnaître que le céleri-rave a une sale tête, pleine d'oeils tout moches et avec plein de racines qui dépassent de partout (je pense que c'est vraiment des racines pour le coup). Tellement moche que jusqu'à présent, mes yeux ne faisaient que glisser sur lui sur les étals. Jusqu'à ce que la destinée le mette sur mon chemin de façon plus pressante. C'était au marché, les producteurs bio chez qui j'achète souvent mes légumes n'ont pas beaucoup de variétés et du coup, je tente souvent ma chance avec des trucs que je n'aurais pas achetés sinon (betterave crue, bettes, potiron... toutes choses que j'ai essayées très récemment, aussi incroyable que ce soit). Et là, ce jour-là, il y avait des petits céleri-raves tout mignons, ainsi va la vie.

En fait c'est assez simple à éplucher, même si ça n'en a pas l'air : il suffit de prendre un bon couteau et d'enlever des plaques de peau toute moche. On enlève jusqu'à ce que ce soit bien blanc. Il n'y a pas une grosse épaisseur de peau mais elle est coriace. J'ai lu dans Régal de ce mois-ci (qui fait justement une fiche spéciale sur le céleri-rave, bénis soient-ils) qu'on pouvait faire du sel de céleri en récupérant les peaux du céleri (bio), en les faisant sécher et en les réduisant en poudre. Avis aux amateurs.

C_leri_rave_2

Une fois la peau enlevée, récupérée ou non, on peut le manger cru, par exemple râpé en rémoulade, ou cuit of course. Je le mange cuit seulement car depuis une expérience mémorable où j'ai mangé du chou blanc cru (aucun rapport mais ça m'a marquée) et où j'ai passé les trois jours suivants dans les toilettes à vomir tout ce que je pouvais, je ne mange plus les trucs comme ça crus. Après cette réjouissante anecdote, je suis sûre que tout le monde aura super envie de manger du céleri-rave cru, je m'excuse à genoux de cette association qui a aussi peu de pertinence que de rationnalité.

Pour le manger cuit, il suffit de.. hum, le cuire, ma foi, à l'eau, à la vapeur ou en gratin. J'en suis pour l'instant restée à la purée, c'est tellement bon que je suis trop accroc pour tenter autre chose à ce stade. Je le coupe en dés et je le cuis à l'eau pendant environ 40 minutes, en général avec des pommes de terre (pas trop, juste pour adoucir un chouia). On mixe, on ajoute une noisette de beurre et on se régale. Ca a un goût très fin, idéal avec du canard, du magret, du confit, ces trucs gras et consistants sont vraiment relevés par le petit goût piquant du céleri.

J'espère que cet éloge du céleri-rave fera des émules et que bientôt, dans toutes les chaumières on sentira l'odeur du céleri-rave qui cuit. Vu l'audience de ce blog, les ventes de céleri-rave devraient prochainement augmenter dans des proportions considérables, avis aux producteurs et aux grandes surfaces, prévoyez les stocks.

* C'est Régal qui le dit, si vous avez des commentaires à faire, c'est pour eux !